L'intolérance à la protéine du lait démontre la négation de la vie

Si une personne souffre d'un trouble digestif (mauvaise digestion, digestion insuffisante des aliments) ou d'une malabsorption (mauvaise absorption des constituants alimentaires), elle ne digère pas facilement les aliments. Des volumes significatifs ne sont pas traités et vont de pair avec les excréments. Ces particules rejetées symbolisent ces sujets inconfortables qu'une personne exclurait du tout de sa vie.

L'intolérance à la protéine du lait montre un déni de la vie, dont les racines sont encore plus profondes (à un âge encore plus jeune), dit le célèbre psychothérapeute Rudiger Dalke.

Refusant le lait, le nourrisson manifeste un refus déterminé d'interagir avec ce monde. Naturellement, ce déni est dirigé contre la mère qui relie le bébé au monde qui l'entoure et à ses yeux est la personnification du monde entier. Peu importe l'origine du lait: il provient d'un animal ou d'une femme. En tout cas, c'est toujours une "substance maternelle". Nourrir symboliquement le lait nous relie à la Mère Nature, et donc à tout l'élément de la maternité.

L'intolérance aux protéines du lait est un déni évident du principe maternel, qui peut se manifester non seulement chez l'enfant, mais aussi à l'âge adulte. Symptômes typiques: fermentation dans l'intestin (abdomen gonflé) et diarrhée fétide.